mercredi 12 août 2015

« La méditation m’a sauvé »


Cet article est dédié à celles et ceux qui connaissent des difficultés de santé et qui ne savent pas comment en sortir. Que ces personnes, dont la santé est compromise, puissent trouver un message d’espoir, qu’elles sachent qu’une guérison est possible, même pour les maladies les plus graves, même pour les cas où l’on pourrait désespérer.

Il existe de nombreux ouvrages sur la méditation et les Yoga internes de l’énergie. Mais il en est peu qui livrent des témoignages authentiques sur les réalisations élevées auxquelles ces pratiques conduisent. A cet égard, l’ouvrage « La méditation m’a sauvé »*de Phakyab Rinpoché est tout à fait exceptionnel.

Torturé pendant plusieurs semaines dans les prisons chinoises, ce moine tibétain parvient à fuir et à traverser à pied l’Himalaya. Réfugié en Inde, il part pour les Etats Unis où les médecins diagnostiquent une gangrène à son pied, ainsi qu’une tuberculose osseuse. Pour traiter cette cheville détruite, tous les spécialistes occidentaux consultés recommandent d’urgence l’amputation sous le genou. Refusant cette opération, Phakyab Rinpoché se cloitre alors dans une petite chambre de Manhattan pour y pratiquer intensément, à raison de 17 heures par jour, les Yogas internes de l’énergie. Au bout de trois ans, la guérison est complète : non seulement la gangrène est stoppée, mais les cartilages, les chairs, les nerfs détruits sont régénérés et cet ouvrage, destiné à enseigner au monde entier l’art de guérir, est écrit.

Tout dans ce livre nous dépasse et nous inspire : les violences subies, le drame qui se noue, la simplicité et l’humilité confondantes de l’auteur, sa conduite héroïque, et, enfin, la guérison complète que nous sommes tentés de qualifier de miraculeuse. Pourtant cette guérison, la médecine et les enseignements traditionnels l’expliquent très bien : c’est l’esprit qui guérit.

Il est possible de pratiquer le Yoga de façon laïque, comme nous le faisons en cours, c’est-à-dire sans rattacher la pratique à une tradition spirituelle particulière. Pourtant, lorsque l’on veut obtenir une libération profonde des difficultés qui nous affligent, il devient alors nécessaire d’articuler cette pratique à un ensemble philosophique qui en en constitue le fondement et en révèle pleinement la portée. C’est la raison pour laquelle les Yogis, selon leurs affinités, se relient à l’une des grandes traditions spirituelles de l’Inde : l’hindouisme, le jaïnisme ou le bouddhisme. Le moine qui fait ici le récit de sa vie suit les enseignements du bouddhisme. Mais il n’est pas nécessaire d’être bouddhiste pour être  touché et inspiré par son exemple.

Profondément respectueux des êtres, l’auteur ne prétend pas exposer une voie unique qui conviendrait à tous. « Il ne fait pas de doute, à mes yeux , écrit-il, que d’autres religions ou pratiques méditatives comme le reiki ou le qi gong, par exemple, peuvent soigner des maladies aussi graves que le cancer ou le sida. En fait, ce n’est pas telle ou telle tradition qui donne la guérison, c’est de savoir utiliser l’énergie de son esprit. Peu importe la méthode, peu importe la religion, que l’on soit chrétien, musulman ou hindouiste, chaque système de croyance a développé une approche thérapeutique. La mienne me convient car elle contient la méditation de la lumière et de la vacuité, dans la dimension de transformation qui est celle de bodhicitta, l’esprit d’éveil altruiste. Mais je sais que cette approche qui m’a sauvé est loin d’être unique. Et je m’en réjouis car les mentalités des êtres diffèrent. Il est bon de leur présenter divers systèmes pour qu’ils bénéficient du plus adapté et du plus efficace. » (page 211).

Les pratiques de Hatha Yoga que nous accomplissons modestement en cours, les postures, le Pranayama, la méditation, préparent aux pratiques méditatives qui sont citées dans cet ouvrage. C’est une autre des raisons qui m’incitent à vous parler de ce livre.

Dans l’ère de dégénérescence où nous vivons, que les Yogis nomment Kali Yuga, il est bon de savoir qu’existent des sources pures où puiser espoir, inspiration et remède à tous nos maux.

Christian Ledain

Professeur de Hatha Yoga et Maître initiateur de Reiki

* Phakyab RINPOCHE « La méditation m'a sauvé », édition Cherche-Midi, 2014