mardi 12 juin 2012

La méditation la plus puissante

1. PRESENTATION


Comme votre pratique du Yoga vous l’enseigne, ce qui est le plus subtil dans l’être humain régit ce qui est le plus grossier. Ainsi, pour se limiter à trois aspects de la personne humaine, ce qui survient sur le plan corporel est gouverné par ce qui se passe sur le plan énergétique; et, à son tour, ce qui advient au niveau énergétique est influencé par nos émotions et nos pensées.

La pratique méditative qui vous est ici proposée, nous l’avons mise en œuvre ensemble un après-midi, une heure durant. Plusieurs d’entre vous m’ont ensuite fait part de réactions puissantes et favorables qu’elle avait déclenchées. Si une seule expérience a pu suffire à engendrer une ouverture intérieure, on peut imaginer les résultats bénéfiques très profonds qui résulteraient d’une pratique menée au long cours ! Ainsi, pour celles et ceux qui ont pu être présents ce samedi et qui souhaitent retrouver le canevas général de cette pratique, mais aussi pour celles et ceux qui n’ont pas pu être présents et que je n’oublie pas, voici les lignes directrices de cette méditation.

Il s’agit d’une pratique de guérison très profonde, la plus puissante forme de méditation que je connaisse. Personnellement, elle constitue un trésor inestimable, un joyau de l’esprit. Et je crois sincèrement qu’elle peut aider chacune et chacun d’entre nous.

Elle représente un remède efficace à la souffrance humaine parce qu’elle va en traiter les causes. La tradition rapporte qu’elle permit la guérison de lépreux. Je le crois profondément. Et d’ailleurs, la puissance curative de cette technique n’a cessé d’être attestée depuis, ce qui justifie sa transmission interrompue au cours des siècles en tant que remède souverain.

La version qui vous est présentée ici constitue une adaptation, une forme laïcisée, sécularisée d’une pratique spirituelle traditionnelle. Il m’a semblé utile de la décliner, en veillant toutefois à en respecter l’esprit général, afin de la rendre accessible à tout un chacun, quelles que soient ses origines confessionnelles, philosophiques et culturelles.

Un proverbe dit : « On juge un arbre à ses fruits ». Peut-être qu’après l’avoir mise en œuvre, validerez vous par vous-même la pertinence de cette technique ? Peut-être même serez-vous intéressés de connaître l’arbre qui lui a donné naissance ? Vous pourrez alors toujours m'interrger.

Un dernier conseil : essayez de rendre cette pratique vivace, parlante pour vous. Plus les émotions générées en vous seront vécues avec intensité et plus le pouvoir de guérison que recèle cette technique se manifestera à travers vous dans votre vie.



2. DEROULEMENT DE LA PRATIQUE

Prenez le temps de vous installer confortablement, le bassin basculé, la colonne vertébrale étirée, la poitrine largement ouverte. Imaginez maintenant la souffrance de tous les êtres vivants sur cette terre. Peut-être représentez-vous un océan de souffrance : des hommes, des femmes, qui pataugent par milliers dans cette immensité, et qui se blessent, se volent, se parlent mal... Vous voyez leur visage, vous distinguez leurs traits. Vous ressentez leur souffrance...



Et vous ressentez en vous, du plus profond de vous-même, le désir intense de les aider tous, de leur venir en aide, sans restriction aucune...

Et vous voyez qu’au-dessus de cet océan de souffrance s’étend un lourd nuage noir. Et ce nuage immense et menaçant parvient jusqu’à vous par un de ses cotés...

Imaginez que vous inspirez, que vous inhalez cette noirceur. Sentez qu’elle descend dans vos poumons, et même plus bas, jusque dans votre estomac... Et là, à cet endroit, imaginez cette fumée noire qui s’unit à votre propre souffrance, à vos propres difficultés physiques ou mentales... Puis,vous expirez, vous libérez toute cette noirceur, toute cette souffrance, toutes ces difficultés...

Ainsi, vous inspirez, vous prenez l’air noirâtre qui s’unit à vos propres difficultés. Puis vous expirez tout cela, vous vous libérez. Vous le faites trois fois, à votre rythme...



Maintenant, vous vous voyez debout et votre corps est translucide comme un cristal qui laisserait passer la lumière. Et votre corps est vide à l’intérieur, dépourvu d’organes et de viscères...

Et vous vous tenez devant un être extraordinaire, un être sublime. Peut-être votre maître spirituel, si vous en avez un ; peut-être devant Dieu, si vous croyez en lui, ou devant tel saint qui vous est particulièrement cher. Ou bien, si vous êtes athée, devant un être humain qui a été particulièrement important pour vous, particulièrement aimant et protecteur, un être qui vous a accueilli de manière inconditionnelle. Cela peut être un parent, un ami, quelqu’un qui compte beaucoup dans votre cœur. Et vous ressentez sa bienveillance, son amour immense qui irradie...

Vous voyez cet être non pas comme si c’était un corps matériel, un corps de chair, mais un corps de lumière qui rayonne de façon extraordinaire ... Semblable à un arc en ciel, ce corps se manifeste, mais il n’y a pourtant rien à saisir, rien à attraper. Et cependant, il existe...

Et du front de cet être sublime émane une lumière dont la blancheur est incroyable... Et cette lumière éclatante vient vous frapper en plein front, entre les sourcils... Alors, vous sentez votre corps se remplir progressivement d’un nectar d’une merveilleuse blancheur... Voyez vos pieds, puis vos mollets, vos cuisses, votre bassin, et tout votre corps, se remplir progressivement de ce nectar immaculé...

Et puis, de chaque pore de votre peau, imaginez maintenant une petite fleur éclore, ouvrir ses pétales... Et de son centre jaillissent des rayons de lumière qui partent dans toutes les directions de l’espace... Et vous voyez ces rayons de lumière frapper en plein cœur chacun des êtres que vous aviez vu baigner dans l’océan de souffrance. Et aussitôt, ces êtres sont transformés. Aussitôt, ils sont heureux, épanouis, totalement transformés et cela en un éclair. Et de ces êtres libérés de toute souffrance, émanent à leur tour des fleurs qui irradient des rayons de lumière, lesquels viennent frapper d’autres êtres, et cela indéfiniment...

Vous ressentez la joie, le bonheur actuel de tous ces êtres autrefois tourmentés... Vous vous ouvrez aussi à la joie de pouvoir faire quelque chose de vraiment utile, bénéfique pour vous-même et pour les autres... Et vous ressentez aussi la joie de l’être sublime en face duquel vous vous trouvez, heureux de tout ce que vous accomplissez... Prenez le temps de savourer cette joie, ce bonheur...



Et puis vous voyez maintenant les fleurs se résorber progressivement... Et vous voyez le nectar blanc se résorber..., et tout cela se dissout dans le rayon de lumière qui émane de l’être sublime... Et puis cette manifestation à son tour disparaît et ne demeure que l’espace... Demeurez quelques instants dans cette ouverture intérieure...

Gardez précieusement en vous, tel un joyau, les émotions et les pensées avec lesquels vous avez été en contact... Et ayez confiance...