mercredi 27 juillet 2016

LES GUNAS ET LE YOGA


Brahma, Vishnu et Shiva personnalisant Rajas, Sattva et Tamas

Lord Vishnu with Shiva and Brahma by Rabi Béhéra, Folkart from Temple Town, Puri (Orissa)
Dans le Yoga, le Samkhya, ainsi que l’Ayurvéda (médecine traditionnelle indienne), il est fait référence aux trois Gunas. Les Gunas désignent les trois qualités fondamentales de la Nature primordiale, la Prakriti. Ainsi, tout ce qui existe dans le monde matériel constitue un agencement, en proportions diverses, de ces trois Gunas.

Sattva représente la pureté, l’harmonie, le calme. Rajas exprime le mouvement, la passion, la créativité. Tamas désigne la pesanteur, l’ignorance, l’apathie. Ces trois forces sont présentes, et à l’œuvre, dans tout ce qui est manifesté*, y compris la personne humaine. Dans l’esprit humain (manas) la combinaison particulière de ces trois aspects « colore » la personnalité de façon particulière. Sattva s’y manifestera par les qualités de sérénité, d’amour et de bonté. Dans le corps humain cet aspect sattvique se traduira par un plein état de santé.

La pratique du Yoga permet de développer Sattva qui, par essence, est équilibre. Le terme Yoga est ici pris dans son acception authentique, à savoir de discipline complète incluant hygiène de vie, éthique, postures, maitrise du souffle, concentration, récitation de mantras, méditation.

Ainsi, les Yogis veillent à leur alimentation. La consommation d’alcool, de viande, de produits fermentés ou gras, considérés comme toxiques, véritables poisons de notre organisme, est contre-indiquée. Inversement, la consommation de produits frais, de fruits, de végétaux et de lait est recommandée (cf. notre article, année 2010, Les Yogis et l’alimentation).
Les Yogis se lèvent tôt et veillent à ne pas trop dormir car le sommeil est assimilé à l’ignorance.

Le respect d’une éthique pure est essentiel. Aussi, à chaque instant, le Yogi s’entraine à développer générosité, altruisme et parvient ainsi à éliminer progressivement les poisons de l’esprit (cf. notre article, année 2016, Karma).

Enfin, la mise en œuvre de postures, l’application à la maitrise du souffle, le développement de la concentration et la pratique de la méditation sont nécessaires à la progression de l’adepte.

La connaissance de l'existence des 3 Gunas et des moyens d'accroitre Sattva vous permettra de développer plus facilement un esprit paisible et d'obtenir un corps sain.

* Le Chant XIV de la Bhagavad Gîtâ procède à la description de la triple répartition des qualités. Nous en donnons ici quelques extraits :
5 Sattva, rajas, tamas : telles sont les qualités issues de la nature naturante ; ce sont elles qui enchainent au corps immuable incorporé.

6 Le sattva, en raison de son caractère immaculé, est lumineux et exempt de mal. C’est par l’attachement au plaisir qu’il enchaine et par l’attachement à la connaissance, ô héros sans tache !
7 Sache que le rajas est de l’essence de la passion, qu’il est la source de la concupiscence et de l’attachement ; il enchaine l’incorporé par l’attachement à l’action, ô fils de de Kunti !

8 Quant au tamas, sache qu’il nait de l’ignorance et qu’il égare tous les êtres incarnés. Il enchaine, ô Bhâratide, par l’erreur, la paresse et la torpeur.
18 Ceux qui résident en sattva se tiennent en haut, les rajasiques se tiennent au milieu, les tâmasiques, qui demeurent dans le mode d’existence de la qualité inférieure, vont vers le bas

20 Ayant dépassé les trois qualités qui produisent le corps, l’incorporé, délivré de la naissance , de la mort, de la vieillesse et de la douleur accède à l’immortel

Bibliographie
Dictionnaire de la civilisation indienne, Louis Frédéric, ed. Robert Laffont, 1987
La Bhagavad Gîtâ, traduit du sankrit par Anne-Marie Esnoul et Olivier Lacombe, Points, collection Sagesses, 1976

Christian Ledain